LAOS, Le temps immobile

Le Centre culturel propose le 3ème de la série des 7 films programmés cette saison, dans le cadre des films-conférences du « Cercle des voyageurs ».
« Laos, le temps immobile », un film écrit et réalisé par Hélène et Christian Goubier.

5 h du matin, dans l’obscurité et la relative fraîcheur d’avant l’aube, nous nous dirigeons vers la rue principale de Luang-Prabang pour assister au rituel du Tak Bat, l’offrande aux moines. Dans le silence de la ville, les gongs des temples retentissent, la procession orangée commence…
Enclavé entre de puissants voisins, Vietnam, Chine, Thaïlande dont il subit les influences religieuses, culturelles et économiques, le Laos conserve une authenticité et un farouche attachement aux traditions malgré l’installation, depuis 1975, d’un pouvoir communiste autoritaire et répressif.
Si Luang-Prabang est devenue une cité musée dédiée au tourisme, le reste du pays est à l’écart d’un développement trop rapide. Ici pas de mégalopole, pas de société de consommation poussée à l’extrême, mais une volonté de profiter paisiblement des saveurs simples de la vie.
Au long des 1 500 km nord-sud, allons à la rencontre des paysages, des campagnes, et des villages en prenant notre temps. Savourons la simplicité d’un moment partagé dans les rizières, d’une conversation dans un temple. Étonnons-nous, sous les rires des marchandes, des surprises du marché, jouons avec les enfants rieurs, admirons le forgeron, le potier, le sculpteur, découvrons la richesse de la flore des forêts encore préservées, apprenons aux contacts des éléphants d’Asie.
Une invitation à marcher, pédaler, naviguer, rouler entre pics karstiques, jungles inquiétantes, cascades et rapides du Mékong.

Helene-Christian-Golden

Hélène et Christian GOUBIER

En pratique :

Samedi 15 Décembre, à 17h

Tarif 8€, réduit 6€

Renseignements et réservations au 02 98 87 92 67 ou 06 45 12 34 49

échanges avec les réalisateurs après la projection.

*Causerie* Le développement de la pêche côtière à Loctudy, histoire et souvenirs

Pour sa prochaine causerie, l’Association Histoire Locale et Patrimoine de Loctudy revient sur les trente « années glorieuses » du port de pêche, qui fut de 1960 à 1990 le moteur essentiel du développement économique de la commune.

Patrick Chever, acteur direct et témoin privilégié de cette époque, s’attachera à décrire plus particulièrement le développement de la pêche côtière.

A partir de sa riche collection photographique, il refera l’histoire de la flottille des malamoks qui partaient avant 1965 de Loctudy ou de Lesconil pour des campagnes d’une semaine, en l’illustrant par ses souvenirs de la vie à bord.

Avec l’œil du professionnel, il nous restituera une époque où tout était à découvrir : la mise au point de l’équipement et des manœuvres de pêche ; les méthodes de localisation fondées (avant le GPS !) sur la connaissance des fonds tout autant que sur les premiers moyens radio ; l’exploration des lieux de pêche, en nous révélant peut être quelques-uns de ses secrets ! Sans oublier l’histoire du développement du port et la grande innovation que constitua la création de la criée.

04.12.2018

En Pratique :

Mardi 4 Décembre

9h30

Entrée libre : Libre participation au profit du Téléthon

*Le mois du film documentaire* Un théâtre sur la lune

Depuis plus de 30 ans, Madeleine Louarn mène, avec les comédiens handicapés mentaux de l’Atelier Catalyse, ancré à Morlaix, une expérience de théâtre singulière, joyeuse et extraordinairement fertile.

A l’occasion de la création de « Ludwig, un roi sur la Lune » – sélectionné pour le 70ème Festival d’Avignon au mois de juillet 2016 – nous nous attardons avec eux à tous les détails de la préparatiohn : des répétitions à la grande Première.

Au-delà de l’aventure de cette création théâtrale, le film nous propose une rencontre avec ces comédiens, saisissant leur intimité et leur humanité, leur rapport singulier au monde ….

Un film de Jean-François DUCROCQ et Eric CHEBASSIER

un théâtre sur la lune

En pratique :

Dimanche 25 Novembre

17h30

Centre culturel

Entrée : 2€

En présence des deux réalisateurs

ISLANDE, au gré des vents

Un film d’Annie et Pierre RÉGIOR

Une longue errance à travers l’Islande : déserts de cendre, glaciers, îles battues par les vents, falaises et colonies d’oiseaux marins… L’extraordinaire beauté de la nature justifie tous les voyages en Islande mais elle tient trop souvent le visiteur à l’écart de ses habitants, pêcheurs, éleveurs et fermiers.

L’extrême pauvreté des Islandais durant des siècles, l’âpreté du climat, l’isolement, ont forgé des caractères rudes mais la réserve naturelle des Islandais n’exclut pas le sens de l’accueil et la complicité.

Le film nous mène à la rencontre de Magnus lors de la récolte du duvet des eiders, de Siggi suspendu aux falaises de Grimsey pour la collecte des œufs de guillemots, de Jon rassemblant ses moutons…

Des jours sans fin de l’été aux lumières crépusculaires de l’hiver, une découverte en profondeur de l’Islande et des Islandais.

Annie et Pierre Régior ont la passion du voyage. Elle les conduit en Afghanistan, en Alaska, en Antarctique, en Patagonie, en Mongolie, et Afrique du Sud, en Turquie, en Iran, au Japon, en Islande, … Ils ont pour cette île une attirance particulière. Leur film « Islande au gré des vents » est le récit d’une année de pérégrinations du cœur de l’hiver aux jours sans fin de l’été boréal.

Sans titre

En pratique 

Samedi 17 Novembre, à 17h

Durée 2h environ, débat après le film

Billetterie ouverte 30 min avant la séance

Tarifs : 8€, réduit : 6€

Théâtre : « Au service du rang »

L’action se déroule dans la Grande-Bretagne d’après guerre. Lord Wilson vient de mourir, et son testament va créer la surprise. Lady Wilson apprend, en effet, que feu son époux, lègue le domaine à un fils illégitime, elle-même n’ayant jamais eu d’enfant.

Le nouveau successeur, Grégory, est un jeune soldat américain qui, jusqu’alors, menait une vie plus que modeste dans l’Ohio. Enrôlé pour le débarquement en France, il apprend la vérité sur son père et décide de regagner le domaine des Wilson, bien décidé à faire valoir ses droits.

C’était sans compter sur le mode de vie très strict qu’impose l’aristocratie anglaise, et sur les règles qui régissent le domaine depuis des décennies…

Un nouveau combat pour le nouveau Lord : diriger un bataillon de domestiques dévoués corps et âmes à Lady Wilson.

Sans titre

 

En pratique

Samedi 6 octobre à 20H30

Dimanche 7 octobre à 15h30

Tarifs : plein tarif 8€, 6€ pour les adhérents

HLPL : les causeries mensuelles font leur rentrée !

L’association Histoire Locale et Patrimoine de Loctudy reprend son cycle de causeries mensuelles le

Mardi 2 Octobre, à 9h30, dans la grande salle du Centre Culturel

« Le développement du quartier portuaire de Loctudy, sur l’ancien domaine rural de La Forest »

La première intervention a été confiée à l’historienne Marie Rouzeau, qui présentera, à partir de ses recherches dans les archives municipales et départementales, et aussi de ses propres souvenirs familiaux, l’histoire de la création de la zone portuaire de Loctudy sur l’ancien domaine rural de La Forêt.

Ce nouveau quartier portuaire a profondément modifié, dès la fin du XIXème siècle, les structures de l’ancien bourg médiéval rassemblé autour de son église romane. Il s’agissait alors de faciliter l’accès des gros caboteurs impliqués dans l’exportation de la pomme de terre, activité relayée plus tard par celle de la pêche, et presque parallèlement par celle de la plaisance.

Les anciens espaces libres du domaine de la Forêt

Les anciens espaces libres du domaine de la Forêt

Ce nouveau quartier a pu bénéficier d’espaces libres sur les dunes de La Palue de La Forest, encore inhabitées au XIXème siècle. C’est là que naît vers 1880, le quartier du port, qui va occuper progressivement toutes les anciennes terres agricoles du domaine de La Forêt, au fur et à mesure que ses propriétaires successifs vendent leurs biens. La vie agricole s’en retire pour faire place à une nouvelle zone urbaine. Puis ce seront les vasières qui sont à leur tour occupées, en faisant reculer la ligne de côte.

L’aménagement de ce nouvel espace a respecté pour l’essentiel les trames du paysage rural antérieur, sans éviter toutefois certains dommages collatéraux : si l’ancienne chapelle de Porz Bihan a échappé, en partie, à la destruction, ce n’est pas le cas du vieux manoir de Ty Glaz, une des précieuses mémoires du passé qui a disparu peu avant la Seconde Guerre mondiale, en ne laissant que son nom à son ancien quartier.

Les nouveaux aménagements de Porz Bihan

Les nouveaux aménagements de Porz Bihan

Un aperçu des prochaines causeries :

Mardi 6 Novembre : « Les derniers loups à Loctudy et en pays bigouden », par Jakez Kornou

Mardi 4 Décembre : « Le développement de la pêche à Loctudy, histoire et souvenirs », par Patrick Chever

**Jeunes** Les cours de Hip-Hop reprennent dès la rentrée !

Crée en 2002 par de jeunes quimpérois, l’association Hip-Hop New School promeut la culture hip-hop sous toutes ses formes et à destination de tous.

Fort d’une école regroupant les disciplines de la danse, du graffiti, du parkour et du beatbox, l’association développe en parallèle un accompagnement artistique (stages, ateliers, initiations, …) et culturel (événementiels, résidences, échanges, …) contribuant à la formation et à l’épanouissement de chacun au travers de sa pratique.

Itinérante, l’association s’appuie sur les différents acteurs du territoire (MPT, MJC, Centre culturel, SMAC) pour faciliter l’accès à tous et œuvrer au rayonnement de la culture hip-hop.

Pour l’année 2018-2019, la Hip-Hop New School proposera au centre culturel, comme cette année, des cours le jeudi:

Débutants (8/11 ans) : 17h – 18h

Débutants (12 ans et +) : 18h – 19h

Le tarif à l’année est de 179 + 8 d’adhésion

==>> Infos & inscriptions sur le site de l’association

1467207214

« La Comédie met le cap sur Loctudy » dévoile sa programmation !

Du 30 juillet au 4 août, place à la 4ème édition du festival qui communique sa bonne humeur au Centre culturel de Loctudy.

Chaque année le public est de plus en plus nombreux à profiter des comédies éclatantes et des belles histoires proposées par les troupes professionnelles venues de Paris, Nantes et d’ailleurs. Des spectacles qui tournent dans toute la France et qui font escale à Loctudy, le temps du festival « La comédie met le cap sur Loctudy ». Humour et convivialité seront encore au programme cette année et l’on retrouvera sur scène certains visages déjà bien connus des habitués de ce rendez-vous estival…

Lundi 30 juillet : « La femme qui perd ses jarretières »

L’histoire :
Laverdure est un ancien domestique devenu rentier grâce au testament de son ancien maître. Mais il s’ennuie. Il décide d’engager Gaspard  » la plus grosse bête du Morvan  » comme groom, et de le former.
L’arrivée de Fidéline, dont il est tombé éperdument amoureux va semer la zizanie.
Eugène Labiche nous gratifie d’un vaudeville hilarant où se mêlent amour, trahison, soumission, amitié, revisité dans un cocktail explosif !
Auteur : Eugène Labiche – Mise en scène par Philippe Roux
Artistes : Magali Faure, Philippe Roux, Jean-Luc Voyeux

Mardi 31 juillet : « Tel père, telle fille »

L’histoire :
Sophie a 26 ans mais n’a pas réussi à quitter le cocon familial. Malgré la séparation de ses parents, la jeune fille continue à vivre avec eux en garde alternée… Du moins, son père le croit-il ! Un soir, alors qu’elle va chez lui, Sophia va lui avouer quelques secrets qui auront pour effet de bouleverser cet homme qui croit toujours que sa fille chérie est encore une enfant.
Joyeuse, inspirante et fraîche, cette comédie qui nous réconcilie avec la famille.     Auteur : Thierry Taranne –  Mise en scène par David Garel
Artistes : Lucile Jehel, Thierry Taranne                                                                                      (Cette comédie vient tout spécialement pour le festival « La comédie met le cap sur Loctudy », juste après le festival d’Avignon 2018)

Mercredi 1er août et jeudi 2 août : « Mes très chers Amis ! »

L’histoire :
Stéphanie, Antoine et Julien se connaissent depuis une vingtaine d’années et viennent tous les ans, sur la même île, dans la même maison, et font la même photo de groupe, sur le même port, avec la même vue.                                                                                               Tous les ans !… Sauf que… Cette année ils n’arrivent pas à la prendre cette photo. Et ça agace vraiment Julien qui a pourtant tout fait pour que ce séjour se passe bien, peut-être même qu’il en a trop fait… beaucoup, beaucoup, beaucoup trop !
Une comédie pétillante comme un verre de Prosecco dans lequel on aurait mis une bonne dose de Tabasco.
Auteur : Martin Mayemli                                                                                                          Artistes : Sébastien Blanc, Sébastien Durand, Gratiane de Rigaud, Loïs Le Dû

Vendredi 3 et samedi 4 août : « Fais-moi une place »

L’histoire :
Un homme rangé et une étudiante en fraude dans un train de nuit : un Paris-Nice mouvementé pour une rencontre atypique dans un lieu atypique !                                      Ce 23 décembre, Manuel prend son train de nuit pour aller passer les Fêtes dans la famille de son frère, comme chaque année. Survient Camille, une jeune étudiante sans titre de transport qui en profite pour s’imposer dans le compartiment. Camille est dynamique et très attirante… Mais aussi très envahissante et indiscrète ! La vie de Manuel va en être chamboulée…                                                                                                Avec des dialogues drôles et percutants, et une mise en scène tout en finesse, « Fais-moi une place » s’inscrit avec succès dans la lignée des grandes comédies modernes. En témoignent les multiples saisons parisiennes et les dates de tournée, ainsi que son adaptation en Roumanie interprétée par la star de cinéma roumaine Medeea Marinescu, inoubliable partenaire de Michel Blanc dans le film d’Isabelle Mergault « Je vous trouve très beau »                                                                                                                                        Auteur et metteur en scène : Anthony Michineau                                                              Artistes : Agathe Jolivet et Thierry Patru

EN PRATIQUE

10€ la place

36€ le « Pass 4 spectacles »

Réservations au 06 78 23 23 42

Don de sang

Le temps d’une matinée, le Centre Culturel se met aux couleurs de

l’Etablissement Français du Sang

le MARDI 17 JUILLET de 8h30 à 12h30

logoefs2011                        1055089_305-view1_667x333

 

 

Chaque année, près de 3 millions de dons sont recueillis dans les 132 sites de prélèvement et les 40 000 collectes mobiles organisées sur tout le territoire.

Pour donner son sang, il faut être majeur et avoir entre 18 et 70 ans. 

Ce Mardi 11 Juillet 2017, vous pouvez venir donner votre sang au Centre Culturel, entre 8h30 et 12h30.

Vous trouverez toutes les réponses à vos questions sur le site de l’Etablissement Français du Sang

C’est gratuit, citoyen, et ça prend 1 petite heure en tout !

Vous souhaitez savoir si vous êtes éligible au don de sang ? Répondez au questionnaire !

Après avoir donné votre sang, une collation vous sera offerte et servie par une belle équipe de bénévoles !

 

 

« Priz Steir’Eo » Concours Bagad

Le bagad du Moulin-Vert proposait, samedi dernier, sur la plaine devant son local, son huitième « Priz Steir’Eo ». Deux cent cinquante sonneurs y ont participé.

Cette animation semble avoir gagné une certaine reconnaissance dans le milieu des sonneurs. Un groupe est même venu spécialement de Tours », assurent les responsables.
Le beau temps, les frondaisons le long de la rivière, l’herbes sur la plaine ont donné à l’environnement une atmosphère de vacances. Des familles entières pique-niquaient ça et là.

Le Bagad Loktudi s’en est très bien sorti :

Bombardes – percussions Niveau B : Bagad de Loctudy, 3ème place

Ensemble batteries :   Bagad de Loctudy, 1ère place

BRAVO A TOUS !!!

36038392_10212733670042537_5396913779390808064_o